Les traditions de la Chevalerie d’Arc

Le fait d’être une Compagnie signifie déjà une adhésion aux valeurs de la Chevalerie comme la solidarité, le respect, la courtoisie et l’honneur, au contraire des clubs de tir à l’arc, à vocation purement sportive. Dans les Compagnies les plus traditionnelles, on respecte encore l’organisation suivante :

Le Capitaine (président) dirige la Compagnie. Il est normalement au fait des traditions de la Chevalerie d’Arc.

Le Premier Lieutenant (secrétaire), l’assiste dans ses fonctions, et assure la relation avec les archers de la Compagnie.

Le Sous-lieutenant trésorier (trésorier) s’occupe des finances de la compagnie. Il peut être assisté d’un adjoint.

Le Censeur est responsable du respect des traditions, de l’ordre et de la discipline.

Les traditions suivantes sont encore en vigueur, en particulier dans notre Compagnie de Viroflay.

Le salut

La première tradition consiste à saluer les archers présents avant de tirer sa première flèche. L’archer doit saluer de vive voix en disant « Archers, je vous salue ». Les archers présents répondent par « Salut ». Un archer seul se doit de néanmoins saluer. Un archer ne saluant pas à sa première flèche peut se faire reprendre par le Censeur et se faire mettre à l’amende.


Le Tir de la Saint Sébastien

Saint Sébastien est le saint patron des archers. Tous les ans, le dimanche le plus proche du 20 janvier, jour de la Saint Sébastien, est organisé un concours où tous les archers se doivent d’être présents. Il est de bon ton d’être vêtu de blanc. Le tir se déroule sur 3 flèches et sur un blason de Beursault. Chacun à son tour, le bureau d’abord puis par ordre d’ancienneté,  salue et tire une flèche. Lorsque tout le monde a tiré, la Compagnie va vers la cible et on retire les flèches unes à une en notant le nom de l’archer ayant effectué le meilleur tir, à côté de l’impact. Deux autres volées sont tirées de manière similaire et l’archer ayant tiré le plus près du centre est déclaré vainqueur. On lui remet solennellement le blason toujours percé de sa flèche, une flèche de bois à plumes blanches gravée à la date de l’événement et une médaille de Saint Sébastien. La journée se termine en général par un banquet.


L’Abat Oiseau ou Tir du Roi

Second tir traditionnel, l’abat oiseau est un moment important de la vie d’une Compagnie d’Arc. Le « roi » de l’année précédente a préparé une carte (un blason Beursault décoré) au centre de laquelle il
a installé « l’oiseau », en plâtre ou en bois, d’une taille d’environ 2,5 x 5 cm, décoré de plumes. Le « roi » remet son titre en jeu : celui qui réussira à toucher l’oiseau le premier sera déclaré roi de l’année. Le concours se déroule de la manière suivante : La distance de tir est de 50m. Les archers tirent une flèche par tour, dans l’ordre, avec pour commencer, le roi de l’année précédente, suivi des membres du bureau, puis des archers par ordre d’ancienneté. Le salut avant la première flèche est obligatoire : un oubli est aussitôt sanctionné par le prévôt qui met le contrevenant à l’amende.

Si l’oiseau n’a pas été touché, le tir recommence dans le même ordre jusqu’à ce qu’il soit atteint. Parallèlement, a lieu l’élection du roitelet, à 30m sur la même carte pour les débutants de l’année. L’heureux archer couronné roi pour la troisième fois est nommé « Empereur ». Le roi de l’année est ceint de l’écharpe rouge remise par le roi « déchut ». Le roitelet reçoit l’écharpe verte. Les archers débutant ont parfois du mal à atteindre l’oiseau. Si le concours s’éternise, le roitelet est nommé à la meilleure flèche.